You are currently viewing MANGEZ ET DORMEZ VITE… OU PAS

MANGEZ ET DORMEZ VITE… OU PAS

Qui ne se rappelle pas ses parents, ses grands-parents ou plus loin encore, travaillant parfois d’arrache pied, durant des journées à rallonge mais s’octroyant encore et toujours le temps du repas, et le temps du sommeil.
Dans nos vies quotidiennes, nous avons tous des moments, des inéluctables, des situations, sur lesquelles nous nous laissons UNE MARGE DE MANŒUVRE « si j’ai le temps je … » ou bien « je prendrai 5 minutes pour faire … entre deux rendez-vous ».
Sur quoi nous permettons-nous D’AJUSTER NOTRE TEMPS ? Chacun a ses astuces bien sûr. Suivant nos rythmes, nos besoins, nos vies, nos emplois, LES VARIABLES NE SONT PAS LES MÊMES.
De manière plus générale, l’idée est de s’écouter bien sûr. Aucun corps n’est fait pareil, et le besoin de s’alimenter, de dormir, de se reposer, d’être en activité est très personnel. Certaines activités malgré tout étant vitales, j’aime à me rappeler que « charité bien ordonnée commence par soi » et que NOUS SOMMES LES PLUS APTES A PRENDRE SOIN DE NOUS-MÊMES. Alors quelles habitudes avons-nous prises individuellement ? Les avons-nous prises parce que ce sont celles qu’on nous a inculquées ? Parce qu’il vaut parfois mieux rentrer dans le moule pour ne pas être questionné ?
LA SIMPLICITE PARFOIS PREVAUT, et cela a aussi du sens. Manger trois fois par jour, à horaires fixes, pour répondre aux besoins du corps, est bien plus simple à expliquer dans le cadre de l’éducation des enfants. Dormir un minimum de … heures par nuit, de même permet de se repérer assez facilement, avec un début de nuit et une fin de nuit définis. Mais l’idée d’ECOUTER SON CORPS, de manger lorsqu’on a faim comme disait De Vinci, de nous reposer lorsque nous sommes fatigués, sont aussi des possibilités, plus personnelles mais tout aussi viables et censées.
Dans tous les cas, rappelons-nous que NOUS SOMMES AUSSI DES MACHINES qui ont des besoins pour bien fonctionner. Il ne viendrait à l’idée de personne de mettre de l’eau ou du sirop dans un réservoir de voiture en espérant qu’elle fonctionne tout aussi bien. Aucun de nous n’imagine que nous pouvons faire 8000 kilomètres avec un seul plein d’essence ou sans faire de pause pour laisser se reposer la machine.
Mais lorsqu’il s’agit de nous, NOUS REPOUSSONS PARFOIS AVEC BEAUCOUP D’EFFICACITE NOS LIMITES, laissant peu de temps au temps, dépassant les kilométrages maximum, ajoutant une activité sur une autre, au profit de notre épanouissement parfois, de nos habitudes , de la crainte d’être à l’arrêt, … ,de multiples raisons qui ont forcément une raison d’être mais tout cela se fait bien souvent au détriment d’un repas ou d’une heure de repos mérité.
L’EQUILIBRE EST UN VRAI CHALLENGE car tout est mis à notre disposition pour profiter, croquer la vie à pleines dents, vivre chaque minute comme si c’était la dernière, et se dire qu’on se reposera plus tard, qu’on trouvera le temps après, mais qu’il ne faut rien oublier ou laisser de côté tout de suite. Il est merveilleux de pouvoir se permettre cette souplesse, CETTE AGILITE AU QUOTIDIEN. Mais il est aussi vital que nous nous permettions la souplesse inverse, ralentir le rythme, un jour, un soir, seulement parce que nous en ressentons le besoin. Quand nous permettons-nous d’être aussi disponibles pour un repas en famille que pour une réunion avec notre supérieur ?
La vie autour de nous, la société, notre environnement direct ont évolué et il va de soi que nous évoluons avec. Mais peut être y a-t-il des choses sur lesquelles individuellement nous aimerions être simplement EN ACCORD AVEC NOUS-MÊME.
Et vous, c’était quand la dernière fois où vous vous êtes couché quand vous en sentiez le besoin ?

Laisser un commentaire